Jamais silencieux, le visage parle. Traversé d'émotions, il trahit la pensée de chacun. Etre humain est caractérisé par avoir une humeur, c'est ce qui rend l'homme Homme. La joie, l'anxiété, la terreur, la gaieté sont traduites par ces traits qui sculptent les visages, et qui se succèdent à travers le temps. Ces humeurs qui gouvernent la vie de tous ont attiré l'œil créateur de Charly d'Almeida. Il opère la fusion de toutes ces formes, de ces aspects, de ces humeurs de chaque visage et parvient alors à caractériser l'humanité. Il assemble la différence dans une unité. Visages entrelacés, entrechoqués, il propose alors la lecture commune d'une multitude de messages simultanés. Ce mélange fusionnel d'expressions lui permet de déposer ce qu'il appelle un discours commun. Avec la simple unicité d'une œuvre, Charly d'Almeida nous livre le paradoxe de l'humanité, ce mot qui au singulier signifie une infinité. Ce sont ces humeurs qui dans leur hétérogénéité réussissent à former une harmonie que Charly d'Almeida travaille, crée, à qui il donne sens. Ce travail humain de fusion est possible grâce au métal, un moteur cassé et abandonné lui donne à voir cette forme pré-faite qui lui parle, il sait. Son travail s'inscrit alors dans la lecture de ces métaux destinés à la destruction ou à la simple revente. Lui seul réussit alors à les lire, pour ensuite les intégrer à l'harmonie de ses créations. C'est donc un visage commun qu'il crée et non un masque. Le masque, diffuseur d'illusions et d'apparences, protecteur de l'intimité de chacun, n'aurait jamais l'honnêteté de retranscrire ces humeurs sincères avec lesquelles Charly travaille. La forme architecturale majestueuse et triomphale des productions de Charly s'impose comme la puissance d'un aigle qui déploie ses ailes. La fusion de ses humeurs permet la force de ces créations effilées, dans une énergie saisissante. La démarche est nouvelle, mais il ne s'agit que de l'extériorisation d'un sentiment qui depuis longtemps réside en lui. De la toile à la sculpture, il rajoute une dimension à ce qu'il exprime. Le relief de ses œuvres, à travers les aspérités de cette humanité à qui il donne corps, permet une transmission plus accrue de ce qui bouillonne en lui. Son travail s'impose dans une continuité artistique, expliquant avec fluidité l'épanouissement qui se lit sur ses œuvres. Arrivé à son propre apaisement, Charly a atteint une maturité supérieure de création, dont il compte creuser encore et encore la sensation.  


Léa PERRIER